« | Retourner a l'accueil



Bon à savoir sur l’assurance vélo

L’assurance vélo est-elle obligatoire pour tous les types de vélo ? Telle est la question que beaucoup de nouveaux acquéreurs de bicyclettes se posent. Elle est légitime puisque l’assurance vélo coûte dans les 50 à 300 euros par an. Dans quels cas devriez-vous souscrire une assurance vélo ? Les réponses dans les lignes qui suivent !

Vêtements pour le vélo

Pourquoi souscrire une assurance vélo ?

L’assurance vélo n’est pas obligatoire, mais elle est nécessaire quel que soit le type de vélo : classique, à assistance électrique (VAE) et électrique. La souscription est fortement recommandée pour un vélo coûteux. Selon les chiffres en date sur le vol...de vélo, plus de 1000 appareils sont volés en France chaque jour. Très peu sont retrouvés et il s’agit généralement des vélos dotés d’un marquage spécifique ou d’une identification particulière. Mais, il y a aussi les accidents de la route imprévisibles qui peuvent exposer le cycliste à des dommages corporels et matériels importants. Souscrire à une assurance vélo, permet de se protéger contre toutes ces situations.

Que couvre une assurance vélo ?

En principe, lorsque le vol a eu lieu à la maison, c’est l’assurance habitation qui est concernée. Tout simplement parce que le vélo est couvert par cette assurance. S’il s’agit d’un contrat multirisques habitation, il couvre également la responsabilité civile du cycliste. En revanche, l’assurance habitation ne couvre pas les vols qui se produisent en dehors de la maison. Pour se protéger, le propriétaire a intérêt à souscrire une assurance vélo couvrant ses trajets au quotidien : de la maison pour aller au travail par exemple. Les compagnies d’assurance ont chacune leur formule de protection et il est important de bien se renseigner avant de faire un choix.

Les deux grands types d’assurance vélo

Les assureurs proposent généralement deux grands types d’assurance pour les vélos : l’assurance vélo de base et l’assurance vélo omnium. Le premier est relatif au vol. Le second concerne à la fois le vol et les dégâts matériels que peut subir la bicyclette. En addition à ces formules, le propriétaire peut choisir des couvertures complémentaires contre le vandalisme, les catastrophes naturelles, l’assistance vélo, l’assistance juridique, etc. Ce qu’il ne faut pas oublier est que l’assureur ne verse pas automatiquement l’argent au propriétaire dès lors que celui-ci déclare un vol ou un vandalisme. Chaque cycliste est encouragé à acheter un antivol certifié puisqu’il n’y a généralement aucune couverture possible lorsque le vélo volé n’a pas été attaché avec un antivol certifié. Avec l’Assurance vélo Sharelock, vous pouvez accéder à un réseau de cadenas partagés. Il vous suffit de trouver un cadenas Sharelock disponible via la carte et de le réserver. Ces cadenas sont agréés FUB 2 roues et sont acceptés par tous les assureurs.

Autres points importants concernant l’assurance vélo

Les compagnies d’assurance sont libres d’imposer leurs conditions pour la couverture du vélo. Quelques points sont très importants pour le propriétaire. Le premier est le taux de vétusté. Il permet de déterminer le pourcentage de remboursement en cas de vol. Par exemple, pour un vélo neuf de 4000 euros soumis un taux de vétusté de 1 %/mois, le remboursement est à hauteur de 80 % en cas de vol survenu 20 mois après l’achat et la souscription de l’assurance. Le deuxième est la franchise, dont chaque assureur interprète à sa manière et qu’il faudra éclaircir dès le départ. Le troisième point est la prime. Lisez bien les conditions avant de l’accepter puisqu’une prime élevée ne signifie pas forcément une très bonne protection et inversement. Vérifiez dans le contrat les différentes exclusions énumérées. Un grand nombre d’assureurs ne garantissent pas un vol pendant la nuit.

Commentaires